Recherche

CINE DE 2 À 5

"Le cinéma, c'est l'enfance de l'art." – GODARD

Catégorie

Aller-Retour

Projet d’Agathe Goujon, Marine Mossot, Gabin Marchand, Manon Barichard et Elodie Walter.

Carnet de bord, montage – Elodie

Période de tournage révolue, le montage s’est fait sur un laps de temps très court. Marine ne faisait plus partie du groupe, préférant réaliser un film elle même, qu’elle considérait plus à ses aspirations. Soit, nous n’étions pas sur le même plan. Agathe était réticente au début, nous la convainquons, il nous fallait être efficaces. Cette idée d’explosion du film nous est venue alors que nous regardions les rushs -avec le premier, le deuxième et le troisième acteur principal- il fallait pouvoir coïncider ces histoires, plus liées qu’on ne le pensait. On devait convertir à la hâte, retrouver les prises sons -certaines sans clap au début des prises. Ce travail de classement, extrêmement embêtant et fastidieux nous a pris beaucoup de temps -Agathe et moi. Nous monopolisions la salle de montage pendant plusieurs longues heures, j’ai appris à manier à peu près le logiciel, à me concentrer sur des points essentiels. Le calage des prises sons, le champ contre-champ. Le montage était une période d’achèvement, et je crois que c’était la plus compliquée.

Publicités

Carnet de bord, tournage – Elodie

C’est alors que vint le moment de tourner. Malgré nos lacunes, l’envie de commencer nous saisissait tous. Je me suis proposée en tant que cadreuse, la première séquence à tourner était rude. Salle de classe. Élèves. Que l’on a fait attendre, revenir, faire plusieurs prises, la paperasse, l’attente, la pression de devoir choisir, le professeur qui faisait attendre sa fille dans le couloir. Beaucoup d’éléments qui urgent, donnent de la puissance au moment, et en même temps nous affaiblit. Nos attentes étaient bien supérieures. La contrainte technique était de taille, beaucoup de séquences trouvent cet écho. Par exemple la séquence de maquillage, le jeu de miroir, plutôt beau avec le visage de l’actrice était extrêmement dur à gérer. Le son. Nous agissions dans l’empressement, puis le film n’a pas été fini avec ce premier acteur. A travers ces figures adolescentes, ces symboles qui finalement ne voulaient plus rien dire, nous cherchions trop le mystique, le spirituel. Et nous nous sommes rendus compte, que l’histoire perdait son sens même.

C’est courant mars que Marine, Agathe et Manon se sont attelées à l’écriture d’un nouveau scénario. De fond en comble. L’idée du train restait, il ne fallait pas la perdre. Elles ont trouvé une explication au récit, incluant la figure d’un psychologue -voleur de valise- auquel Paul vient se confier après son voyage. Ainsi le psychologue aurait volé la valise, et orchestré toute l’histoire, comme une forme de thérapie. De plus, Paul ne faisait que basculer du TER au train abandonné, créant ainsi une sorte d’inhérence. L’histoire se tenait, et même si j’avais l’impression de ne pas y être impliquée, j’ai adhéré et de nouveau la mascarade recommençait. Recherche d’acteurs. Vacances d’avril pour boucler le tournage. Travelling sur un skateboard sous la pluie. Un casse-tête incessant sur le décor et la lumière du cabinet du psychologue. Et un tournage dans le vieux train plutôt laborieux. Cependant, le scénario -bien qu’aidant- constituait une entrave de plus, les dialogues se traînaient dans la bouche de nos acteurs, trop impersonnels finalement. On a lancé l’improvisation, nos acteurs disaient ce qu’ils voulaient -une seule prise pour la séquence d’Absolem, et le dialogue inventé dans l’instant- et nous approchions petit à petit d’une autre conception. Plus que deux séquences à tourner, l’acteur principal ne répondait plus, le film ne pouvait être fini. Fin Avril. Que faire alors? Tourner encore, depuis le début, le perchiste jouera. Le temps pressait, les acteurs nous manquaient. Nous tournions dans le vieux train, improvisation, caméra subjective, je commençais à faire la voix de Paul, ce n’est plus le psy qui volait la valise mais Marine -assise sagement en face de Gabin, à lire un livre. C’est dans cette effervescence que naquit une nouvelle idée, plus folle. Celle d’exploser le film.

 

Carnet de bord, tournage – Agathe

Planning  de  tournage  enfin  fixé,  essai  avec  les  acteurs,  on  commence.     

Mercredi  6  janvier      

Premier  jour  de  tournage,  on  tourne  au  lycée  ce  qui  est  plutôt  pratique  mais  c’est  un  mercredi  après-‐midi   alors  on  fait  de  nombreuses  démarches  pour  réussir  à  trouver  un  nombre  de  figurants  appréciable  pour   donner  l’illusion  d’une  classe  en  plein  cours.  Finalement  après  avoir  fouillé  tout  le  lycée  et  appelé  du   renfort,  on  réunit  une  vingtaine  de  personnes.  Mr  Rannou  est  là  avec  sa  fille  qu’on  laisse  dans  le  couloir  à   dessiner  et  il  ne  faut  pas  traîner  car  il  n’a  pas  un  temps  énorme.  Comme  c’était  la  première  fois  qu’on   utilisait  le  matériel  pour  la  plupart  d’entre  nous,  c’était  très  stressant  car  on  passait  pour  des  amateurs   (même  si  c’est  le  cas)  devant  tous  les  figurants,  donc  c’était  assez  compliqué  d’avoir  choisi  cette  séquence   comme  la  première  qu’on  tournait,  surtout  qu’un  prof  était  également  présent  et  qu’on  ne  pouvait  pas  se   permettre  de  lui  faire  perdre  son  temps.  Les  figurants  sont  très  coopératifs  et  jouent  le  jeu  mais  beaucoup   partent  au  fur  et  à  mesure  pour  diverses  raisons,  nous  recadrons  donc  toujours  plus  l’image  pour  éviter   les  faux-­raccords.  Nous  prenons  du  retard,  Mr  Rannou  devait  partir  au  plus  vite  et  nous  n’avions  toujours   pas  tourné  le  dialogue  qu’il  a  avec  Paul,  de  ce  fait  nous  avons  d’abord  filmé  le  professeur  qui  interrogeait   Paul  seul  en  vision  subjective  de  Paul  par  une  légère  contre-­plongée  et  nous  avons  laissé  Mr  Rannou   partir  pour  ensuite  enregistrer  Paul  qui  répondait  en  le  filmant  en  plongée  pour  mimer  la  vision  du   professeur  cette  fois-­ci.  Nous  nous  sommes  rendus  compte  en  visualisant  les  rushs  que  l’acteur  voisin  de   Paul  avait  la  peau  rouge  à  l’image  car  nous  avions  oublié  de  poudrer  les  figurants,  ce  sera  une  erreur  à   retenir  et  corriger  pour  le  reste  du  tournage.      

Samedi  9  janvier

On  tourne  chez  la  sœur  de  Manon  qui  habite  à  quelques  minutes  à  pied  du  lycée,  de  ce  fait  c’est   amplement  pratique  pour  transporter  le  matériel  depuis  le  lycée.  C’est  le  premier  jour  où  on  est  en   indépendance  totale  et  on  patauge  tous  un  peu. Heureusement  que  Marine  a  déjà  un  peu  d’expérience,  on   peut  s’appuyer  sur  elle.  Après  avoir  essayé  toutes  les  combinaisons  d’éclairage  possibles  avec  les   mandarines,  on  éteint  tout  car  cela  pose  problème  au  niveau  de  l’ombre  de  la  perche,  c’est  toujours   énervant  lorsqu’on  transporte  du  matériel  lourd  de  l’abandonner  au  final.  Beaucoup  de  miroirs  étaient   disponibles  dans  le  décor  alors  Elodie  décide  de  créer  un  jeu  entre  trois  miroirs  :  le  miroir  de  poche  que   l’actrice  tient  dans  ses  mains  pour  se  regarder,  le  miroir  de  la  table  de  maquillage  et  un  autre  fixé  au  mur.   Ce  procédé  créait  une  très  belle  ambiance  et  apportait  une  impression  de  profondeur  très  spéciale  à   l’image  mais  c’était  aussi  très  compliqué  à  filmer  car  il  fallait  faire  très  attention  que  la  caméra   n’apparaisse  sur  aucun  des  miroirs.  Constatation  d’un  faux­‐raccord  :  Paul  s’est  rasé  aujourd’hui  alors  qu’il  avait  une  légère  pilosité  mercredi  dernier,  on  fera  avec  en  tâchant  de  lui  rappeler  de  se  raser  pour  le  reste   du  tournage.  Paul  est  peu  sûr  de  lui  et  croit  jouer  mal,  on  essaye  de  le  mettre  en  confiance  et  de  lui  faire   comprendre  la  situation  :  il  passe  d’un  train  banal  à  une  chambre  inconnue  rien  qu’en  traversant  une   porte,  il  doit  paraître  déboussolé  mais  sans  surjouer.  Les  indications  fusent  :  être  en  retenue,  légèrement   piétiner  (pas  excessivement),  regarder  autour  de  soi,  bafouiller  lors  du  dialogue  avec  la  fille…  Lise  est   plus  confiante  et  s’est  mis  dans  la  peau  de  son  personnage.  J’avais  écrit  le  découpage  technique  de  sorte   que  sur  certains  plans  la  caméra  soit  située  derrière  Paul  et  Lise  et  très  rapproché  des  acteurs  mais  ceci   n’était  plus  possible  avec  l’installation  des  miroirs,  il  a  donc  fallu  revoir  les  plans.  Un  autre  des  problèmes   qui  s’est  posé  est  que  Paul  se  déplaçait  le  long  d’un  petit  couloir  dans  la  chambre  et  il  fallait  réussir  à   saisir  le  bruit  de  ses  pas  avant  et  après  qu’il  se  soit  avancé  pour  le  dialogue  avec  la  fille,  ceci  sans  qu’on   n’entende  trop  nos  propres  pas  et  surtout  l’ombre  de  la  perche  était  sempiternellement  visible  à  l’image,   il  a  fallu  être  ingénieux  pour  la  manier  de  sorte  que  ce  défaut  disparaisse.  Ce  fut  assez  éreintant  comme   tournage  car  les  problèmes  techniques  comme  la  lumière,  l’ombre  de  la  perche  où  la  caméra  dans  le   miroir,  sont  déjà  si  restrictifs  et  demandent  tellement  d’attention  qu’on  peut  à  peine  se  concentrer  sur  le   jeu  des  acteurs  (la  justesse  des  dialogues,  les  regards,  la  position  corporelle  et  l’expression  faciale)  et  les   indications  qu’on  leur  donne.  Il  en  est  de  même  pour  la  mise  en  scène.   

  

Samedi  16  janvier       

Arrivée  à  la  gare  de  Nantes,  il  a  fallu  quasiment  retourner  la  gare  pour  trouver  le  bureau  où  nous  adresser   pour  l’autorisation  de  tourner  dans  un  train.  Finalement  on  y  arrive,  notre  autorisation  n’a  même  pas  été   regardée  alors  qu’elle  nous  a  nécessité  plus  de  deux  mois  de  mails  et  échanges,  c’est  à  la  fois  énervant  et  rassurant  pour  la  suite  du  tournage,  on  se  dit  que  les  lieux  publics  sont  peut-être  plus  souples  qu’il  n’y   paraît.  On  a  à  disposition  un  train  à  quai  pour  une  demi­‐heure,  il  va  donc  falloir  faire  vite.  Nous  n’avons   pas  de  figurants  et  Elodie  étant  au  son  et  Marine  à  la  caméra,  nous  décidons  Manon  et  moi  de  jouer  les   deux  passagères  qui  discutent  en  face  du  fauteuil  où  Paul  s’assoit.  On  insère  une  mise  en  abîme  :  Manon   et  moi  tiendrons  le  découpage  technique  dans  nos  mains  et  parlerons  de  notre  projet  de  court-­‐métrage   avec  les  musiques  que  nous  voulons  inclure  et  autres  délibérations  lorsque  Paul  arrivera  dans  le  wagon.   On  n’oublie  rien  :  dissimuler  le  matériel  qui  était  visible  dans  le  décor  car  il  était  sur  les  sièges  passagers.   Les  premières  personnes  qui  s’installent  dans  le  train  sont  assez  bienveillantes  :  elles  nous  laissent  en   paix  et  ne  fixent  pas  la  caméra  ;  de  toute  façon  nous  filmons  en  sorte  de  ne  pas  voir  les  visages  des   personnes  présentes.  Comme  nous  n’avions  que  quelques  minutes,  nous  n’avons  pas  trop  consulté  le  DT   et  avons  improvisé.  Elodie  a  réalisé  un  plan  très  bien  je  trouvais  :  lorsque  Paul  marche  vers  sa  place,  elle   s’est  placé  devant  lui  et  avançait  en  même  temps  que  lui  mais  à  reculons,  comme  il  passait  par  une  sorte   de  couloir  violet,  ça  donnait  un  très  beau  rendu,  et  surtout  ça  renvoyait  à  cette  idée  de  traversée,  de   tunnel  un  peu  énigmatique  de  l’adolescence  (la  couleur  violette  aux  murs  était  très  belle  à  l’image  et   faisait  penser  à  un  film  fantastique),  Paul  semblait  s’avancer  vers  un  paysage  inconnue  et  mystérieux.  On   a  tourné  en  très  peu  de  prises,  étant  étrangement  efficaces  et  sur  le  moment  on  a  eu  l’idée  de  prendre  le   train  pendant  qu’il  démarrait,  peut-­être  qu’on  ajoutera  cette  image  au  montage,  pour  rythmer  le  film.    

Samedi  23  janvier     

On  tourne  la  séquence  de  la  soirée  chez  Fare,  l’actrice  jouant  la  fille  qui  anime  le  cœur  de  Rimbaud  dans  une   des  séquences  tournées  dans  le  vieux  train.  C’était  assez  rapide,  on  a  fait  un  plan  séquence  car  ça  semblait   bien  retransmettre  l’atmosphère  d’une  soirée.  On  avait  beaucoup  moins  de  figurants  que  prévu  :  cinq  au   lieu  d’une  quinzaine.  Les  figurants  devaient  rester  très  naturels  donc  à  nous  d’arriver  à  saisir  de  bons   dialogues  et  de  bonnes  images.  A  l’écran  le  rendu  était  très  sombre,  j‘espère  que  ce  ne  sera  pas  trop  raté.      

Jour  indéterminé      

Tournage  chez  Gabin,  une  très  courte  séquence  :  Paul  se  réveille  de  sa  soirée  et  se  lève  habillé  seulement   d’une  couverture,  il  est  mal  réveillé  et  se  dirige  vers  la  salle  de  bains  et  allume  l’eau  de  la  douche.  On  a  le   droit  qu’à  une  seule  chance  car  ensuite  le  drap  sera  mouillé.  On  fait  répéter  Paul  et  on  sépare  l’image  en   deux  parties  :  un  plan  quand  il  rentre  de  la  salle  de  bain  qu’on  peut  refaire  à  plusieurs  reprises,  et  celui   fatidique  où  il  tourne  le  robinet.  Il  a  fallu  rester  très  sérieux  et  ne  pas  rire  dès  la  première  prise  ce  qui  est   plutôt  compliqué  dans  notre  groupe  mais  le  pari  est  réussi.         Il  nous  manque  plusieurs  séquences  à  tourner.  On  regarde  les  rushes  et  malgré  le  fait  que  certaines   images  soient  plutôt  réussies,  il  faut  se  rendre  à  l’évidence  :  les  atmosphères  sont  beaucoup  trop   différentes  dans  chacun  des  lieux,  les  lumières  multiples,  même  avec  des  filtres  le  spectateur  serait   complètement  désorienté  et  personne  n’arrivera  à  suivre  le  fil  de  l’histoire.  C’est  un  coup  dur  pour  nous   avec  l’investissement  qu’on  avait  placé  dans  ce  début  de  tournage  et  pour  obtenir  certaines   autorisations  :  personnellement  j’ai  du  échanger  une  vingtaine  de  mails  avec  le  directeur  des  salles  de   spectacles  pour  obtenir  une  date  de  tournage  à  la  salle  Vasse.  De  plus,  on  apprendra  plus  tard  que  le   matériel  ne  va  pas  pouvoir  être  emprunté  pendant  les  vacances  et  ça  nous  embête  fortement.  Notre   acteur  Paul  est  lui  aussi  un  peu  en  retrait  sur  le  reste  du  projet.  On  prend  une  décision  :  on  réécrit  un   scénario  plus  simple  et  plus  limité  en  espace‐temps.  En  pensant  à  un  film  où  le  personnage  principal   récite  sa  vie  à  une  personne  complètement  étrangère  à  cette  intrigue,  ce  qui  met  continuellement  deux   récits  en  parallèle  :  le  passé  raconté  filmé  comme  en  temps  réel,  et  le  dialogue  des  deux  personnages,   ainsi  j’ai  l’idée  d’encadrer  notre  histoire  par  une  visite  chez  un  psychologue  que  fait  Paul,  ce  qui   restreindrait  la  connotation  fictive  du  film,  rendrait  tout  moins  abstrait  et,  un  peu  moins  intègre,   mangerait  du  temps  sur  le  film  et  nous  permettrait  de  réussir  à  tourner  dans  des  temps  limites  le  film.   Avec  ce  scénario,  il  y  a  nettement  moins  de  lieux  de  tournage  :  trois,  ce  qui  est  très  avantageux  pour  nous.  

Un  mercredi  après‐midi  où  Marine,  Manon  et  moi  nous  retrouvons  seules  en  cours  de  cinéma,  nous   réécrivons  tout  le  scénario.  J’imagine  comment  je  vois  l’histoire  j’essaye  de  leur  faire  visualiser  pendant   que  Marine  prend  des  notes.  Le  soir  même  je  crois  bien  qu’elle  a  tapé  tout  le  scénario  avec  les  dialogues,   elle  a  vraiment  fait  un  travail  monstre.  Lorsqu’on  présente  celui‐ci  au  reste  de  l’équipe,  il  ne  sont  pas   d’accord  mais  décident  de  concéder  car  nous  n’avons  plus  le  temps  et  le  rôle  de  scénariste  revient  à  Marine.   Paul  notre  acteur  ne  se  voit  pas  de  recommencer  sur  un  tournage  complet  alors  nous  cherchons  une   personne  réellement  motivée.  Je  contacte  Thibault,  le  guitariste  de  mon  groupe  parce  qu’il  est  correspondrait  bien  au  rôle  et  il  est  miraculeusement  d’accord.  On  prend  ses  disponibilités  de  tournage.   Ensuite  une  personne  m’a  contactée  pour  jouer  le  rôle  de  la  mère  adolescente  de  Paul,  on  la  caste  un   mercredi  après  les  cours  et  elle  est  vraiment  très  bonne.  On  choisit  Manon  pour  l’autre  adolescente  qui   dialogue  avec  Paul  car  c’est  simple  et  pratique.  Pour  le  psychologue,  Elodie  pense  à M. Charlot  :  on  le   contacte  et  il  est  d’accord.  Il  faudra  trouver  un  personnage  pour  jouer  Absolem.  On  tournera  pendant  les   vacances  d’avril  avec  l’espoir  que  l’emprunt  de  matériel  nous  sera  accordé  malgré  les  difficultés.     

Mercredi  6  avril      

Gabin  et  Marine  sont  en  vacances.  On  rencontre  Paul  à  l’île  de  Nantes.  Il  s’est  mis  à  pleuvoir  ce  qui  n’était   pas  prévu.  On  voulait  un  travelling  mais  il  était  trop  difficile  de  ramener  un  caddie  alors  Manon  a  amené   un  skate  qu’elle  a  réussi  à  emprunter  à  son  voisin.  Comme  il  pleuvait,  j’ai  du  rester  sous  un  arrêt  de  bus   garder  le  matériel  pendant  que  Manon  poussait  le  skate  où  se  tenait  debout  Elodie  avec  la  caméra  filmant   Paul  courir.  Garder  une  stabilité  était  difficile  et  on  n’a  pas  réussi  à  obtenir  un  plan  d’une  durée  aussi   large  que  prévu.  On  aurait  aimé  que  Paul  court  sur  un  trottoir,  malheureusement  avec  les  voitures  ce   n’était  pas  possible.      

Dimanche  10  avril      

 Charlot  nous  prévient  :  il  a  un  empêchement  et  ne  pourra  pas  être  présent.  Elodie  décide  en  urgence   de  changer  d’acteur  et  de  prendre  l’acteur  qu’elle  avait  trouvé  pour  Absolem  en  psychologue.  Ça  marche   et  on  s’y  met.  L’éclairage  était  très  difficile  à  installer  car  on  devait  filmer  dans  un  espace  réduit  et  les   ombres  de  perche  et  de  nous  mêmes  étaient  fréquentes.  Heureusement  Marine  revient  de  Bordeaux  pour   nous  aider.  On  ne  devait  pas  faire  perdre  de  temps  à  Olivier,  notre  acteur  pour  Absolem,  ainsi  nous  avons   tourné  les  scènes  de  gros  plan  sur  le  visage  de  Thibault  après  qu’Olivier  soit  parti.  Pour  le  plan  de  fin,  qui   est  un  plan  séquence  avec  caméra  à  la  main,  il  était  très  difficile  de  ne  pas  apercevoir  nos  ombres,  de  plus   pour  coordonner  l’arrivée  de  Clément  dans  la  pièce  qui  tape  à  la  porte  après  que  Thibault  soit  parti,   Olivier  devait  pousser  une  tasse  et  faire  le  plus  de  bruit  possible  pour  lui  donner  un  signal.        

Mercredi  13  avril     

Mon  téléphone  n’avait  plus  de  batterie  et  il  y  avait  des  manifestations  en  centre  ville.  Elodie,  Manon  et   moi   devions  donc  transporter  le  matériel  à  pied,  de  ce  fait  nous  sommes  arrivés  en  retard  d’une   heure  à  la  gare  où  nous  devions  tourner  et  n’avons  pas  pu  joindre  Thibault.  Il  a  fallu  acheter  des  piles  en   chemin  car  nous  avions  oublié  d’en  demander  plus  de  2.  Thibault  était  parti,  en  attendant  que  quelqu’un   nous  réponde  par  téléphone  en  nous  envoyant  son  numéro,  nous  sommes  allés  demander  à   l’administration  un  train  à  quai  pour  filmer  mais  cette  fois­‐ci  ils  voulaient  l’autorisation,  or,  nous  n’avions  pas   pensé  à  la  ramener.  Nous  ne  pouvions  donc  pas  tourner  et  étant  donné  que  Thibault  que  nous  avions  fini   par  réussir  à  joindre,  était  déjà  sur  le  chemin  du  retour  et  ne  pouvait  pas  revenir,  nous  avons  abandonné   le  tournage  pour  aujourd’hui.      Il  nous  reste  les  séquences  dans  le  vieux  train  et  celles  où  Thibault  est  à  la  gare  à  tourner  et  le  film  doit   être  rendu  d’ici  trois  semaines.       

Carnet de bord, tournage – Marine

6/01 : Premier jour de tournage. Premier tournage repoussé. On manque de temps et de préparation et on préfère s’accorder une après midi pour organiser, trouver les autorisations, les acteurs et figurants nécessaires. On a aussi remplis des fiches matériel jusqu’à la fin de notre période de tournage afin d’être sûrs d’obtenir du matériel.

13/01 : Ça y est, les tournages ont débutés. Même si je suis censée n’être que scénariste et monteuse, mon expérience est indispensable au groupe. Nous avons décidés de tourner la séquence n°8 au début. C’est la séquence où Paul arrive dans sa salle de classe, s’installe, suit le cours, entend de la musique, et sort de la classe. Nous avons demandé à un professeur du lycée, habitué aux tournages, d’interpréter le rôle du professeur. En revanche, nous avons eu une très mauvaise surprise à propos des figurants. Un peu plus d’une dizaine de personnes nous ont abandonnés au dernier moment et il a fallu partir à la recherche de nouveaux volontaires. Le tournage ne s’est pas très bien passé. C’était long et très fastidieux. Les figurants partaient au fur et à mesure, Gabin ne s’en sortait pas avec la matériel de prise de son malgré mes nombreuses explications et Elodie avait du mal à s’accorder avec notre découpage technique, remettant en cause chaque prise, transition et angle de vue. Résultat, on est tous très déçus du tournage.

16/01 : Le groupe m’a appelé en stress : « On a plus de batterie de caméra et on a pas le chargeur ». On a eu énormément de mal à régler ce problème mais, finalement, une professeur nous ai venue en aide (je la remercie encore!). Manon a proposé de tourner la séquence où Paul maquille une jeune fille dans l’appartement de sa sœur. L’endroit est parfait, rien à redire, même si l’éclairage ne convient ni à Gabin, ni à Élodie. On a essayé avec d’innombrables sources lumineuses de créer l’ambiance voulue mais, par manque de temps, on a finit par se satisfaire de quelque chose de convenable, même si ça ne correspondait pas tout à fait à notre volonté. Le problème au cinéma avec les lumières, c’est que hors studio, il faut tenir compte de la lumière solaire et du temps extérieur. L’actrice Lise a beaucoup de talent et de naturel et a su mettre Paul à l’aise. Il est plus facile pour lui d’être avec quelqu’un devant la caméra plutôt que tout seul et c’est bien compréhensible. Je lui ai donné quelques conseils de jeux mais sa voix trop faible me dérange un peu. Élodie a eu du mal à l’image car l’ambiance lumineuse créait de nombreuses ombres et la perche de Gabin se retrouverait régulièrement dans le champ. En revanche, le point positif, c’est qu’Élodie a réussi à trouver l’angle de vue adéquat pour filmer Lise au travers de trois miroirs simultanément ! J’adore ce plan ! Un seul problème persiste : Paul s’est rasé et n’a pas les cheveux attachés comme sur le plan précédent. A vrai dire, il suffisait de lui attacher les cheveux pour que tout cela passe inaperçu mais l’idée ne nous plaisait pas de raccorder parfaitement l’apparence de Paul. Je ne sais pourquoi, ce faux-raccord a été fait volontairement. Pour nous, Paul est une figure aux multiples facettes et c’était un bon moyen de le transmettre, même si ce choix risque de dérouter les spectateurs.

20/01 : Aujourd’hui, on va tourner à la SNCF la séquence où Paul arrive en retard à la gare, prend le train, s’endort et perd sa valise. J’aime beaucoup cette séquence et je la trouve encore meilleure à l’écran ! On a tourné dans un TGV et malgré une ENORME contrainte de temps (on a eu environ 15 minutes pour faire la séquence), la motivation et le progrès de chacun nous a permis de finir dans les temps. Les plans sont intéressants même si, encore une fois, on a eu du mal à s’accorder sur la lumière. Je voulais quelque chose de chaud, coloré et un peu orangé tandis qu’Élodie penchait plutôt pour une légère lumière froide de couleur verte. Agathe a tranché. On a fait notre balance des blancs sur du orange et le résultat nous plaît. Toutefois, après cette séquence, on a voulu tourné sur l’Île de Nantes mais le cadre environnant ne nous satisfaisait plus. De plus, la séquence finale, que l’on devait tourner aujourd’hui également, à la SNCF, n’a pas pu être mise en place car, Agathe, notre réalisatrice, s’est emmêlée et un peu perdue avec notre planning et n’a pas pu prévenir en amont nos acteurs et figurants. C’est vraiment dommage parce qu’on prend du retard que l’on va avoir du mal a rattrapé… Gabin était absent aujourd’hui et je me suis chargée de la prise de son. J’étais la mieux placée pour ce poste au vu de mon expérience personnelle. Mais croyez-moi, une perche à manipuler dans un train, ce n’est pas chose aisée. Le résultat me plaît et aux autres ici. On a eu une idée. A la fois par manque de figurants mais aussi par choix, on a fait apparaît Manon, la scripte, et Agathe, la réalisatrice, en train de discuter du film, dans le train, face à Paul, assis et prêt à s’endormir. J’aime beaucoup cette mise en abyme. C’est discret et c’est astucieux.

25/01 : Compte-rendu du tournage de la soirée auquel je n’ai pas pu assister : calamité ! Ça ne semble pas avoir de sens tant au niveau visuel que dramatique… Filmer une soirée et tenter de retranscrire le délire des fêtards c’est possible, mais c’est comme tout, cela nécessite du travail et du recul sur ce qui se présente à nous. On ne peut pas se permettre d’improviser. Le talent, au cinéma, ne s’improvise pas, c’est un amas de compétences accumulées les unes aux autres avec l’entraînement.

4/02 : Notre défi : obtenir des autorisations de tournage. Finalement, nous ne sommes pas tous disponibles pour tourner mardi à la salle Vasse, comme on le prévoyait, et nous avons pu reporter au 30 mars. C’est dans vraiment longtemps mais d’ici là, on pourra déjà commencer le montage du film.

5/02 au 28/02 : Comment résumer ce mois catastrophique ?

  • Il y a eu un vol de matériel au lycée et résultat, on se retrouve en manque de matériel pour tourner
  • On est absolument pas en avance sur nos tournages. On stagne…
  • On a regardé nos rushs. Personnellement, je les trouve plutôt bien mais tout le monde n’est pas de mon avis. Je crois que les autres membres du groupe sont très déçus du rendu esthétique des plans tournés. C’est dommage… Les couleurs sont assez intéressantes même si elles sont assez froides et ternes dans l’ensemble. Quand aux plans en eux-mêmes, ils me semblent vraiment pertinents.
  • Je n’arrive pas à m’attacher à l’acteur que nous avons choisi. Je n’aime pas sa façon d’incarner notre personnage et je sens sa motivation faillir de jour en jour.
  • Je crains que certains ne comprennent pas que tourner un film nécessite travail, motivation et investissement. Bien sur que tu peux prendre une caméra et filmer tout ce qui t’entoures mais, pour autant, ce film raconte-t-il quelque chose ? Apporte-t-il quelque chose ? Si ce n’est pas le cas je ne vois pas la peine de réaliser un film. Que ce soit un court métrage lycéen, un film d’art et d’essai ou un blockbuster, il est le fruit d’une réflexion, d’un questionnement mais aussi d’une volonté d’expression consciente ou non. Je me pose de nombreuses questions sur le cinéma en ce moment. Qu’est-ce qu’un film ? Qu’est-ce qu’on peut attendre d’un film ? Que peut et doit-il transmettre ? Si on reprend la définition du dictionnaire, un film, c’est une œuvre cinématographique. C’est vague… Mais c’est libre, très libre. Et la liberté en art, c’est fondamental.
  • Je crois qu’aucun de nous parvient encore à croire en notre scénario. L’histoire que l’on veut porter à l’écran nous déplaît… On s’y perd nous mêmes. Il faudrait sans doute la retravailler… On doit sérieusement en parler.

29/02 : J’ai songé à ce que j’avais écrit plus haut… « La liberté en art, c’est fondamental ». J’ai bien peur de ne pas me faire entendre ou de sous-entendre un contre sens. Ce que je veux insinuer par là, c’est que l’art dépend de la liberté. Par exemple, si il y a censure, il n’y a pas art. Et par censure, je ne fait pas appel aux régimes autoritaires et dictatoriaux uniquement. Chaque société contient une forme de censure. Et au-delà de la société, l’artiste lui-même pose des limites à sa création. C’est ce que l’on appelle l’autocensure ; du côté de la morale plutôt que de la créativité. L’art transgressif provient de cette absence d’autocensure. Je digresses. Revenons-en au vif du sujet. La liberté ne se suffit pas à elle-même. La liberté, ce n’est pas être libre de tout faire sans limites. La liberté est créée

sous l’impulsion des contraintes. C’est-à-dire que les contraintes permettent de nous orienter pour nous rendre plus libres de faire des choix. Ainsi, je pense qu’il faut revenir au sujet principal proposé par nos professeurs. « Figures de l’adolescence ». Quoi de plus fascinant ? Un court- métrage de 10 minutes sans budget ? Pas de soucis. Nous avons les clés en main. A nous de faire de ces consignes un film de qualité.

1 au 04/03 : Remise en cause du projet. Et si on faisait table rase du projet pour tout recommencer à zéro ? Arguments pour et contre.

POUR : On ne croit plus en notre scénario

CONTRE  : Certes notre scénario a des failles mais il est trop tard pour tout refaire : on manque de temps. De plus, notre projet a déjà été validé par nos professeurs, notre dossier de production est terminé… A quoi bon tout refaire ? On a encore un peu de temps pour tout recommencer

En plus de la préparation théorique, on a déjà entamé les tournages. On ne va pas tout jeter pour tout recommencer ! C’est une perte de temps abominable ! On a plus d’expérience désormais et on évitera de refaire les mêmes erreurs.

Il nous reste encore tout un montage à faire !!!

On est frustré de persévérer dans un projet qui ne nous satisfait pas. On a un seul et unique court-métrage à faire et on veut qu’il nous représente réellement, qu’il incarne ce que l’on a au fond de nous. Le sujet choisi par nos professeurs touchent l’adolescence. Ça ne nous est pas inconnu ! On peut en faire quelque chose de correct ! On doit davantage déléguer le travail et se faire confiance. Recommencer, c’est donner une nouvelle chance à chacun de faire ses preuves, de s’impliquer et de donner de soi-même.

Je crois que les projets artistiques de grande envergure ont été confrontés à la dure réalité matérielle. Je l’avoue, j’étais à 95% pour que l’on recommence à zéro, mais les arguments opposés étaient tout aussi acceptables. Est-ce qu’on fera mieux si l’on recommence ? L’angoisse monte, l’horloge tourne. Mais ce qui nous a décidé, c’est notre acteur, se rendant de moins en moins disponible et de moins en moins intéressé par le projet. C’est souvent le problème avec les acteurs amateurs. Ils sont partants au début car « ça a l’air drôle de tourner un film » mais la plupart ne se rendent pas compte qu’il y a un véritable travail derrière. Ce que tu vois à l’écran n’a pas été tourné sur le vif, en une prise. C’est souvent le fruit d’un travail long et fastidieux. Mais c’est cette rigueur qui nourrit la production artistique.

Aujourd’hui, on s’est donné une date pour accélérer le processus de préparation du tournage. Le travail que l’on a fait en 6 mois, on va le faire en 10 jours. Rendez-vous le 14 mars, prêts à tourner.

05/03 : Aujourd’hui, nous avons cours de cinéma et je me suis retrouvée seule dans une salle aux côtés d’Agathe et Manon. On avait qu’une seule volonté : recommencer le scénario. Manon a eu quelques réticences, puis quelques hésitations avant d’accepter. Je ne sais pas si ce que l’on fait est raisonné mais c’est ce que l’on veut faire et ce que l’on a besoin de faire maintenant pour se sentir plus concernés et plus impliqués dans le projet. Reste à savoir ce que l’on garde et ce que l’on retire :

Ce que l’on garde Ce que l’on enlève Ce que l’on rajoute Le train : C’est de là que tout est parti, c’est l’idée du voyage réel et métaphorique qui nous plaît beaucoup

Le passage de Rimbaud et sa conjointe

La figure du psychologue/voleur de valise qui initie littéralement et mentalement le passage de Paul par l’adolescence Paul : la figure de l’adolescent perdu qui entame presque malgré lui ce voyage transitif

Le passage d’Hernani Nos propres références

d’adolescents et d’enfants. Certes on ne cite pas ici des grandes œuvres cinématographiques mais ce qui nous a éveillé étant plus jeunes. Parmi ces références je cite Harry Potter, Alice in Wonderland et surtout, celui qui me tient le plus à cœur, Peter Pan. Le Vieux Train : lieu atemporel et hors de l’espace, le lieu de tous les possibles

La rencontre énigmatique avec la jeune fille qui se maquille

La voix narrative de Paul qui raconte au psy son périple

L’ambiguïté sur le rêve, la réalité et l’imaginaire

La rencontre de Paul avec 3 personnages atypiques : sa mère lorsqu’elle était adolescente, la réincarnation d’absolem (un guide loufoque mais sage) et de peter pan (une jeune fille qui supplie Paul de rester dans le train abandonné (représentation du pays imaginaire de Peter Pan) La valise perdue qui initie le voyage

06 au 09/03 : Le scénario a encore un petit peu évolué mais on tient le bon bout (note à moi-même : cette expression est à bannir de mon vocabulaire) . Je suis ravie, le scénario a gagné en profondeur et ressemble davantage à mon univers. Ce scénario me touche vraiment et, même si l’est à modifier, on est en marche vers un nouveau projet. Ah ! Au fait, on garde notre titre : Aller-Retour. Si il y a bien une chose qui ponctuera notre travail et notre démarche artistique c’est bien ce titre. On fait sans cesse des aller-Retours : on revoit maintes et maintes fois notre scénario, on cavale en ville et au lycée pour trouver des acteurs et figurants, on se rue vers toutes les opportunités… Et le plus ironique dans cette histoire, c’est moi qui fais des aller-Retours en train toutes les semaines pour venir au lycée et exercer ma passion pour le cinéma.

10/03 : J’ai réécrit tout le scénario, un synopsis et j’ai diffusé des affiches pour trouver des acteurs.

Je suis vraiment motivée. Le projet me tient à cœur. Toutefois, je me heurte à certains membres de mon groupe notamment Gabin et Elodie qui, absents lorsque l’on a refait le scénario, ont quelques réticences, questionnements et incompréhensions. C’est drôle quand on y pense. Un groupe, c’est avant tout une unité. Sa ma vie était un schéma actanciel, les membres de mon groupe devraient se trouver aux côtés des adjuvants mais parfois, ils se retrouvent auprès des opposants. J’ai bien conscience que les échanges (surtout en art) sont les facteurs essentiels de la production d’une tiers idée, bien meilleure que les deux précédentes (c’est la théorie du Troisième Homme il me semble) mais il est tard et j’entends comme un tic tac qui me fais comprendre que le temps nous est compté et qu’il faut faire des choix maintenant…. Ou enterrer le projet.

11/03 : C’est l’heure de déléguer le travail ! J’ai enclenché la remise en marche de l’engrenage du projet, maintenant, je passe la relève. Élodie semble intéressée pour s’investir, notamment du côté du découpage technique. Elle a besoin de mes conseils et je lui donne volontairement. C’est mieux quand chacun y met du sien. On a avancé assez vite avec Élodie je suis ravie ! En plus, elle nous a proposé de travailler via Google Drive. C’est très pratique pour ce genre de travail (découpage technique et scénario) car il permet de communiquer en live et de se pencher sur des détails.

13/03 : Des visages d’acteurs commencent à s’esquisser au-dessus des noms des personnages. Notre recherche et notre rapidité paient ! Je crois en ce film ! Plus que tout ! Les acteurs collent à merveille avec les personnages c’est fou ! Seul notre acteur principal reste un peu en suspens… Il faut dire qu’on est assez difficiles.

14/03 : ça y est ! Ça fait dix jours maintenant qu’on a décidé de recommencer le projet à zéro. Résultat, on a bien avancé mais on est loin d’avoir terminé ! On a encore du pain sur la planche mais le projet a pris forme très rapidement et ça, c’est plaisant ! L’investissement mutuel donne du courage.

15/03 : La dernière fois, on a pas totalement terminé le Découpage Technique avec Élodie. Depuis, on demande de l’aide aux autres pour le finir mais… A quoi bon ? Personne ne répond à l’appel. C’est dommage… L’enthousiasme de la veille laisse place au mécontentement…

19/03 : Le projet avance, petit à petit. On a une jeune actrice amateur qui se propose pour jouer dans notre court-métrage. Elle n’a qu’un tout petit rôle mais il est nécessaire de faire le casting au préalable.

20/03 : Agathe a remarqué un « problème technique » lié au conditions de tournage. Elle a peur qu’il y ait un faux raccord lorsque Paul s’endort dans le train, puis se réveille dans la même gare au même endroit alors que le temps s’est écoulé depuis. Elle a commencé à parler de l’idée de recréer un décor avec un fond vert mais, au vu de mes connaissances plus que médiocres en la matière, je lui ai proposé une solution plus simple, artisanale et rudimentaire consistant tout simplement à déplacer Paul de wagon pour avoir une autre vue de la gare et ainsi donner l’illusion d’une autre gare. Ça me fait plaisir qu’Agathe se pose ce genre de questions. Au moins, elle réfléchit au projet, dans sa forme. De quoi être une bonne réalisatrice.

21/03 : En ce moment, c’est Agathe qui s’investit davantage. Elle a proposé de revoir seule le scénario pour le fignoler. Même si je n’accroche pas vraiment avec son style d’écriture et que je trouve sa version du scénario beaucoup trop littéraire, l’investissement y est. J’essaie de lui faire part de mes réflexions mais toutes ne lui paraissent pas de bon sens. Et je le comprends mieux que personne. Quand on écrit un texte, on a vite tendance à s’y jeter à corps et âmes. Alors, face aux critiques, on a forcément du mal.

22/03 : Hier en cours, j’ai été absente pour cause de JDC. J’étais assez frustrée car on devait choisir des problématiques en cours de théorie, à partir desquelles nous devrons monter une analyse argumentée appuyée sur des extraits de films. Toutefois, j’ai réfléchi au thème que je voudrais traiter. Ce thème doit être soulevé par notre film. Et ce qui me plaît le plus, au-delà même du projet, c’est le thème de l’imaginaire et de l’enfance. Et parmi ceux-ci, le mythe de Peter Pan me fascine et me séduit. C’est pour moi un symbole au quotidien. Comme vous l’avez peut-être remarqués au fil de ce carnet de bord, je suis obsédée par le temps. Le temps qui s’écoule sans qu’on puisse le saisir. Peter Pan, lui, en choisissant d’être un enfant tout au long de sa vie, parvient à garder deux choses très précieuses à mes yeux : jeunesse et imagination. Le pouvoir de l’imagination est ce qu’il y a de plus admirable au monde. Le film que l’on a l’intention de réaliser est avant tout un produit de notre imagination. Tout comme Peter pan était le fruit de l’imaginaire de Barrie !

23/03 : J’ai fais un plan de travail pour tenter d’organiser les tournages mais je crois que les dates que l’on s’est fixés ne satisfont plus tout le monde… On s’accorde sur le fait que nos tournages doivent être impérativement finis au retour des vacances. Au vu de notre manque de rigueur j’ai du mal à y croire mais je suis peut-être trop pessimiste. On verra bien ce que l’avenir nous réservera.

24/03 : Manon connaît un garçon dans sa classe qui serait prêt à composer un morceau de musique pour notre film. Et dire qu’au début on pensait avoir le temps de le composer nous-mêmes ! On se rend compte qu’il nous manque du temps et on saisit chaque opportunité.

Difficile de trouver des dates qui correspondent à tout le monde. A contre cœur, il va falloir scinder le groupe et chacun ne pourra assister à tous les tournages. Je suis assez déçue car, si tout se déroule comme prévu, je ne pourrais assister qu’à une seule journée de tournage… Mais impossible pour moi de faire plus, j’ai d’autres tournages en parallèle. Je laisse le film entre les mains du reste de l’équipe. J’espère vraiment qu’ils s’en sortiront.

28/03 : J’entends la pendule du lapin blanc d’Alice et je mets sur papier mes idées de problématique. En plus du pays de Peter et d’Alice, c’est un autre symbole de l’enfance qui me fascine depuis des mois. C’est le Petit Prince. Si vous n’avez jamais lu le merveilleux ouvrage d’Antoine de Saint Exupéry, cessez immédiatement de lire mon carnet de bord et plongez-vous dans cet hymne à l’enfance. Et pour ceux qui n’auront pas le courage d’ouvrir ce livre merveilleux, je me permets d’apposer ci-dessous la dédicace du livre, faisant office de préface, et délivrant un avant-goût du ton et de l’univers de Saint-Exupéry :

« A Léon Werth.

Je demande pardon aux enfants d’avoir dédié ce livre à une grande personne. J’ai une excuse sérieuse :

cette grande personne est le meilleur ami que j’ai au monde. J’ai une autre excuse : cette grande

personne peut tout comprendre, même les livres pour enfants. J’ai une troisième excuse : cette grande

personne habite la France où elle a faim et froid. Elle a besoin d’être consolée. Si toutes ces excuses ne

suffisent pas, je veux bien

dédier ce livre à l’enfant qu’a

été autrefois cette grande

personne. Toutes les grandes

personnes ont d’abord été

des enfants. (Mais peu

d’entre elles s’en

souviennent.) Je corrige donc

ma dédicace :

A Léon Werth quand il était

petit garçon »

Je me pose désormais la question des adaptations cinématographiques à sélectionner pour étudier ces œuvres. Bien entendu, je connais les versions Walt Disney de Peter Pan et d’Alice in Wonderland mais, si le pays imaginaire de Peter me plaît sous le coup de crayon des studios Disney, je suis nettement plus réticente au sujet d’Alice. L’adaptation de Burton est envisageable mais grotesque et assez « méli-mélo ». Malgré tout, il réunit des acteurs de talent et leurs personnages sont atypiques et loufoques. Je pense notamment au Chapelier Fou, interprété par Johnny Depp, qui donne une âme au personnage. Je ne connais pas d’autres adaptations d’Alice au pays des merveilles même si je sais qu’il y en a eu une au tout début du Xxème siècle, en noir et blanc, et une autre, un demi siècle après. Je ne sais pas ce qu’elles valent et si c’est possible de les visionner. En revanche, pour Peter Pan, je ne tiens pas à en rester à l’adaptation Disney. J’ai vu plusieurs versions dont Neverland et Hook que j’ai beaucoup aimé. Une séquence, incarnant à merveille le pouvoir de l’imagination, m’a énormément marquée dans le film Hook de Steven Spielberg. Il s’agit de la séquence où les enfants perdus sont à table et qu’ils dévorent un festin alors que leurs assiettes sont vides. On remarque ici que c’est leur imagination démesurée qu’il leur fait apparaître des mets et plats délicieux devant eux. Ils échappent alors à la dure réalité au travers de leur imagination. Je trouve ce symbole très fort et intéressant à travailler.

Quant au Petit Prince, c’est très récemment qu’un réalisateur a osé toucher à ce texte. C’est en mêlant diverses techniques d’animation qu’il a revisité l’univers de Saint-Exupéry. Plutôt puriste et pleine d’admiration pour le texte d’origine, je n’ai pas osé me rendre au cinéma pour en voir l’adaptation à l’écran par Mark Osborne. Les critiques couronnent le dessin animé. Je pense à aller le voir.

Le professeur de théorie m’a fait des retours en ce qui concerne mes choix de sujet et de problématique. Il trouve mon sujet trop large et trop important à traiter compte tenu du manque de temps croissant dont je dispose. Je vais essayer de réduire au maximum mais je pense conserver les trois films que j’ai choisis car ils me tiennent vraiment à cœur et que j’ai une réelle envie de les étudier. Donc, même si je suis un peu déçue, je vais essayer de mener le projet au bout et me questionner sur des éléments qui me plaisent et me correspondent vraiment. Une analyse personnelle c’est bien ça non ?

02/04 : Agathe a refait un planning de tournage et, en effet, je ne serais pas là pendant les tournages. Les vacances débutent et on a quinze jours pour faire notre court-métrage. On a hélas, beaucoup de problèmes d’acteurs. Notre acteur principal reste en suspens. Des tonnes de personnes se sont proposées, engagées, désistées… Paul, Max, Louis, mon cousin Antoine et maintenant un jeune homme du nom de Thibaut. Pas facile de trouver la bonne personne mais je crois que Thibaut se rapproche de notre personnage.

05/04 : Agathe m’a raconté leur premier jour de tournage : ils se sont attardés à mettre en place un travelling latéral pour suivre le mouvement de Paul en pleine course dans la rue. Ils semblaient déçus du résultat mais je ne suis pas de leur avis ! Même si le rendu est assez artisanal et que la caméra bouge beaucoup (le travelling a été effectué sur un skateboard), j’aime cet effet et on se sent encore plus près de Paul et de sa course ! Superbe plan !

06/04 : Un de mes tournages a été annulé et c’est mon unique opportunité pour filer sur le tournage

de mon groupe sur le projet Aller-Retour. Aujourd’hui, on a prévu de tourner les séquences du psychologue et Paul. Je sens que l’équipe a clairement fait un effort sur le décor pour rendre plus crédible la scène mais l’attention portée à l’image a été bien différente. Je ne sais pas si c’est par impatience ou par manque de rigueur mais nos plans ont été faits en hâte, sans souci esthétique particulier. Les champ / contre-champ sont malmenés, la règle des 180° n’est pas toujours respectée et les plans sont tous simplement laids, pour la plupart. Néanmoins tout n’est pas si sombre car on a tout de même trouvé deux acteurs pertinents et intéressants pour jouer Paul et le psychologue. Je suis vraiment heureuse d’être de nouveau sur le tournage. Le film est sur la bonne voie.

17/04 : Nous étions censés tourner aujourd’hui les séquences dans le vieux train mais, pour des raisons personnelles, je n’ai pas pu me rendre sur Nantes ce jour pour assister au tournage. D’ailleurs, celui-ci a été annulé car l’acteur principal (Thibaut) ne répondait ni aux appels, ni aux messages des membres du groupe. Par conséquent, sans acteur, on a été obligé d’annuler.

18/04 : On est vraiment en retard sur le tournage ! Ça m’inquiète ! Le 15 mai notre film doit être fini ! On doit s’activer désormais ! Il ne faut rien lâcher ! On a un tournage à finir et un montage à faire dans la foulée ! Top chrono !

Du 19/04 au 03/05 : Je vais vous résumer cette période d’une quinzaine de jours car, franchement, plus de détails ne seraient pas pertinents. On a continué à tourner quelques séquences mais sans résultats… Les séquences dans le train abandonné comme à la gare SNCF n’ont pas été très concluantes, par manque de temps mais aussi surtout de préparation. Je ne sais pas si c’est le stress qui nous paralyse ou un « j’m’en-foutisme » mais, ce qui est indéniable, c’est que l’on avance pas. J’ai l’impression que plus les échéances arrivent, plus on refuse de les voir. C’est paradoxal. En plus, le BAC approche et chacun a la tête ailleurs. C’est vraiment dommage… J’aime notre scénario, j’aime notre projet, j’aime nos idées… ! Mais qu’est-ce qu’il nous manque ?

04/05 : Aujourd’hui, nous sommes censés aller en tournage. Et oui, je pèse mes mots. C’est la pagaille. « Oups j’ai oublié de prévenir les acteurs ! », « Oh zut, il nous manque un pull ! », « Il nous manque la moitié du groupe on tourne quand même ? », « Pourquoi personne ne répond à mes appels ? ». Je viens de comprendre le véritable sens du terme « désorganisation ». On est tout de même aller tourner nos séquences dans le train abandonné mais un débat a éclaté entre Gabin et moi. Pour lui, notre projet est fichu et notre seul moyen de le rattrapper serait de faire un montage avec les rushes que nous avons afin de montrer l’ « éclatement » de notre projet (ce terme vient de lui). Pour ma part, je ne perds pas espoir et, bien que son idée soit intéressante et que je la respecte, ce n’est pas de mon ressort que d’abandonner un projet en cours, me contenter du moins bon lorsqu’on peut se donner les moyens de faire le meilleur de nous-même. Par conséquent, pour clore le débat, j’ai proposé au groupe de tourner moi-même le film, avec ma famille ce week-end et de les laisser faire par la suite le montage, afin de se répartir les tâches. Seulement, aucun n’a répondu présent et je n’ai eu droit qu’à des rires moqueurs. Très bien, je vois que notre groupe ne fonctionne plus. J’ai mis tout ce que je pouvais dans le projet mais voilà que quelque chose ne va pas… Et ce depuis le début… Bien que Gabin remette encore une fois en cause notre scénario, je crains que ce ne soit pas ça. Rendons-nous à l’évidence, c’est notre groupe qui ne fonctionne pas. Nous ne sommes pas tous sur la même longueur d’onde et notre investissement personnel est inégal…. Je refuse de continuer ainsi… Inutile d’en dire plus, cette journée n’a été pour ma part que la scission définitive au sein du groupe. Mais maintenant, j’ai un projet personnel à mettre en place… Un scénario à refaire, un dossier de production, un tournage, un montage… Et il ne me reste que deux minuscules semaines…

05/05 : La nuit porte conseil, et elle ne m’a pas fait revenir sur mes choix… J’ai proposé le projet de film à ma famille et ceux-ci m’ont immédiatement soutenus. Depuis des années, j’ai pour habitude de réaliser des court-métrages avec mes frères, sœurs et amis. Mais là, l’enjeu n’est pas le même. Ce film sera présenté devant une classe, devant des professeurs, devant un jury de BAC… Mais c’est avant tout pour moi un projet à mener à bien. Peu importe les contraintes, peu importe le BAC ! Si j’ai choisi cette option c’est avant tout pour m’enrichir personnellement, avoir l’occasion d’aller en tournage, m’exprimer… Alors peut importe où, peut importe avec qui, ce film, je le ferais.

06/05 : Week-end de quatre jours mais ma famille a décidé de partir au Havre, ville d’origine d’une demi-douzaine de mes ancêtres. J’observe les lieux, je propose mon projet à tous ceux avec qui j’ai l’occasion de discuter. Et devinez quoi ? Ils sont prêts à me donner un coup de main !

07/05 : Mon frère a été clair sur ce point : je souhaite interpréter le personnage principal. Parfait ! Dans ce cas, tournons ! J’ai commencé avec mes deux frères à tourner la séquence entre Paul et Absolem. Mon cousin, tout jeune, a tenu à m’aider. Je lui ai donc confié le son, ce qui lui plaît énormément. Ça m’a fait plaisir lorsqu’il m’a dit : « Je ne pensais pas que le cinéma était aussi intéressant ». Et pourtant, il ne saura sans doute jamais à quel point cet univers artistique est passionnant. C’est la première fois que j’ai pu transmettre ma passion.

08/05 : Intéressées par le projet, ma sœur ainsi que ma cousine, ont visionné les rushs avec moi. Et ça les a motivé pour participer à leur tour. Dans la journée, on doit donc tourner deux séquences essentielles : la rencontre entre Paul et sa mère adolescente puis la rencontre avec une autre adolescente, sur la plage, incarnant le mythe de Peter Pan. Toute ma petite équipe improvisée a été très performante et investie. On a enchaîné les prises malgré les difficultés (notamment celle de se conformer aux passages du bus ou encore de tourner à la plage, entre la mer déchaîné, les cris d’enfants et les rafales de vent). Fin de tournage : on est tous épuisés et moi je suis déjà sur mon ordinateur, en phase de dérushage.

09/05 : Dernière journée de tournage. Pas le choix, le travail doit être fini. Je me suis levée à 7hoo pour préparer le tournage et, à 8hoo, une partie de mon équipe est venue me rejoindre. On a tourné les séquences de la psychologue puis refait celle du bus qui ne me convenait plus. Ce tournage fut rapide et efficace. Je range mes affaires. J’ai vérifié dix fois que toutes les séquences avaient bel et bien été tournées…

Carnet de bord, écriture – Gabin

Aujourd’hui nous sommes bien loin du paysage des Cévennes que j’ai décris dans cette chronique de début d’année, heureusement. Je n’avais pas envie de parler d’une histoire que j’ai vécue, la seule chose qu’il y avait d’intéressant était justement cette absence d’histoire. C’est amusant comme chacun peu avoir une interprétation totalement différente de la même chose et je crois qu’encore maintenant, après avoir pensé un film ensemble on ne veut, ni dire la même chose, ni le dire de la même manière. Mais malgré tout, je pense qu’on commence à trouver une vraie ligne de fuite. Moi qui ai un peu de mal avec l’abstraction, la période d’écriture m’a paru très floue. Je ne pouvais m’empêcher de m’imaginer les scènes en me levant et en mimant ce que ferait les acteurs, et encore là c’était un peu dur. Les repérages qu’on a fait ont selon moi cadré notre pensée, ils m’ont permis d’être moins dans le doute. Car il est difficile en ayant aucune connaissance technique, aucun indicateur scénographique d’imaginer la moindre histoire. Voila pourquoi sans s’en rendre compte on a réfléchi à une histoire qui peut se tourner partout. J’attends avec impatience le tournage pour m’éclairer sur ce que pense les autres. Personnellement je m’imagine tout à fait le film, d’une manière évidement naïve étant donné mon ignorance totale de toute la partie technique. Je trouve la contrainte de 10 min assez intéressante car elle oblige le film à être très dense. Les scènes ne doivent pas traîner et toutes doivent véhiculer des idées importantes, ce qui à mon avis va tout de même rendre le film un peu trop « symbolique ». En résumé je suis un peu perdu et impatient de tourner : c’est ce qui m’attirait réellement dans le cinéma.

Carnet de bord, écriture – Manon

Début d’un synopsis écrit par Gabin. Très vague. Sujet vaste et libre. Idée d’un court métrage de science fiction. On abandonne. Idée : chaque wagon comporte une scène de l’adolescence. Référence dans chaque wagon à certains ouvrages en rapport à l’adolescence. Un peu compliqué. Choisi : Rimbaud, une amourette se déroulant dans un train. Parfait. Chaque wagon commencent a se construire petit à petit. Désaccord sur quelques scènes. Détails approfondis et germent quelques idées de début et de fin. Beaucoup de désaccords, plusieurs semaines ont passé avant d’arriver à un résultat final menant tout le monde à un accord. Mise à jour de la note d’intention et du synopsis. Casting durant la Toussaint. Acteurs choisis correspondent parfaitement à nos critères, Paul personnage principal se désiste, horreur ! Réussissons à convaincre Paul, parfait, il est le seul que nous voyons pour le rôle principal. Commencement du découpage technique, très difficile pour Gabin et moi de se mettre d’accord à propos de la scène de la soirée, longue, complexe et très importante. Fini. Choix des musiques reste à faire mais quelques idées sont déjà là. Lieux : train du XVIIIe ou XIXe sur l’île de Nantes, trouvé dès les premières semaines, pas encore d’autorisation; train de la SNCF : autorisation reçue fin décembre. Enfin ! Chambre avec installation de fille pour se maquiller : trouvée fin décembre; théâtre Salle Vasse : autorisation obtenue fin novembre; salon pour la soirée : trouvé fin novembre; salle de cours : pas encore d’autorisation mais se fera rapidement; essais du matériel son et vidéo durant les vacances de Noël. Endroit délabré pour début de film enfin trouvé. Tournage en janvier.

Carnet de bord, écriture – Agathe

Pourquoi j’ai choisi cette situation initiale comme point de départ? Simplement, car je projetais déjà une forme qui me plaisait et collant à l’atmosphère dépeinte par Gabin et car elle me semblait laisser une grande liberté dans la continuité de l’intrigue. Le groupe constitué est équilibré malgré les apparences : on se prévient les uns les autres lorsque ça tombe dans le cliché, lorsque qu’on est trop entreprenant, ou bien quand il devient urgent de boucler le travail en dépit de quelques imperfections. Une contrainte est vite apparue : Marine habite à St Nazaire, on ne pouvait donc se rejoindre que les samedis travaillés, et il devenait urgent de pouvoir communiquer par internet ; nous avons donc créer un groupe sur Facebook nous permettant d’échanger et de voir où nous en étions chacun de notre côté. Ceci nous a sûrement obligé à travailler un peu plus sérieusement durant les cours de pratique, alors lieux de débats interminables. Et puis on rigole peut-être un peu trop, et on ne travaille pas assez.

23/09

Le début du travail sur le synopsis était catastrophique, on avançait à rien, on bloquait, et la salle blanche, milieu aseptisé ne stimulant pas vraiment notre 

inventivité, n’arrangeait pas les choses. Aucune esquisse même du protagoniste, on avait finit à bout de nerfs tout les cinq sans avoir rien produit. On décide de se revoir le week-end.

26/09

On s’est donc retrouvé à la médiathèque car Gabin dit que les livres ça l’inspire. On s’est mis d’accord sur plusieurs points qui se révéleront fondamentales pour la suite:

– doit avoir lieu dans un train, représentation du passage qu’est l’adolescence, le film fera avancer le personnage à la manière d’un voyage

– à l’intérieur du train se joueront plusieurs scènes représentatives de ces figures de l’adolescence.

– la forêt brûlée du départ représente la fin de l’enfance, le début d’une nouvelle ère, c’est un symbole à la fois destructeur et paisible, si il est décelé par le spectateur, tant mieux, on ne veut pas de choses trop explicites.

J’ai fait écouté « Changes » de Bowie à Manon et Élodie que je trouvais super kitsch si on la mettait à la fin. Est venu une fin absurde qui nous a paru excellente sur le moment : c’était une danse mettant en scène tous nos acteurs dénudés, et représentant la jeunesse insouciante.

30/09

Gabin n’est pas du tout motivé par la fin et Marine commence à douter également, ses créateurs aussi à vrai dire. On est ensuite passé sur un débat incroyable, on se disputait sur chaque détail même futile, le plus difficile étant l’insertion de la forêt brûlée: Rêve? Associée à un souvenir d’enfance? Est-ce une vision qu’il a pendant qu’il s’assoupit dans le train? Première image du film, la rendant ainsi fondamentale?

Afin de filmer cette image, on pensait alors prendre un train pour une destination pas trop lointaine où on pourrait trouver une forêt brûlée ou bien utiliser un fond vert.

Ensuite étant tous musiciens dans le groupe, on s’imaginait créant des musiques originales. 

Notre problème est peut-être paradoxal : nous voulons tellement tous réaliser un film dont on soit fier qu’on a très peur de tomber dans le cliché ou le déjà-vu. On désirerait quelque chose de touchant, drôle et à la fois original.

On a finalement rendu un synopsis un peu bancal mais donnant tout de même un bon cadre de départ.

14/10

J’avoue que regarder « Camille redouble » m’a beaucoup redonné espoir. C’est un film vivant et chaleureux faisant une sorte d’apologie de l’adolescence. Il redonne l’envie d’être ado et je l’ai énormément apprécié malgré quelques scènes qui ne soient pas si originales. Je pense que j’ai un peu moins peur de tomber dans le déjà-vu, car ça ne rend pas forcément un film mauvais et le plus important c’est tout de même de réaliser quelque chose qui nous reflète.

04/11

On est très en retard, on a oublié de retravailler le synopsis et la note d’intention et on est loin d’avoir fini le scénario. On était quelque peu démoralisé, alors on a défini les rôles dans l’équipe en se disant que c’était l’heure de faire des compromis.

06/11

On était chez Gabin pour écrire notre scénario et surtout décider du contenu de l’intrigue à l’intérieur du train.

En ce qui concerne les scénettes des wagons, c’est un peu un mix de nos personnalités. Je voulais y intégrer un monologue de Victor Hugo car j’adore cet auteur et que je pratique un peu le théâtre.

La conférence de Noémie Lvovsky m’a conforté dans mon idée d’intégrer du théâtre dans le film, elle est une grande adepte de ce procédé et assure qu’il apporte une dimension intéressante par la mise en abyme qu’il représente. Visionner « A nos amours » de Pialat avec sa mise en scène de Musset m’apporta l’envie du plan rapproché sur le visage de l’interprète. Il m’otâ les à priori du sentiment de voyeurisme du procédé véhiculé par les films de Kechiche et me semblait ici bienveillant et capteur d’émotions.

Dès le départ, il s‘agissait pour nous de franchir la barrière du temps et de montrer l’adolescence d’hier comme d’aujourd’hui. Ainsi Elodie étant en train de lire les poèmes de Rimbaud nous montra « Rêvé pour l’hiver » incluant un amour adolescent prenant place dans un train qui nous parla à tous. Le changement de temporalité nous semblait intéressant par le travail de décors et de costumes qu’il impliquait. Ce poème dépeignant des couleurs et des objets précis, il nous apportait d’ores et déjà des indications pour le cadre de la scène.

Gabin et Manon désiraient montrer une dispute entre deux protagonistes, idée qui n’a pas été retenue car elle ne nous semblait pas assez universelle. Elle a donc été transformée en intimidation.

Le lycée était indispensable à mettre derrière la caméra pour Marine, d’où une scène de cours plutôt courante et dans laquelle on puisse tous se reconnaître. Un contraste se créant entre l’esprit de Paul se projettant en soirée et son enveloppe corporelle coincée dans une salle de classe germa dans nos têtes par la suite.

Enfin, quand on proposa l’idée du maquillage symbolisant le masque posé sur l’identité, je fus enthousiaste car elle me rappellait une très belle séquence d’une série dépeignant la période adolescente, où une fille essaye tant bien que mal de s’effacer derrière du fard, mais étant trop déjà vu, on décida de la transformer quelque peu : la fille se fera maquillée par Paul.

09/11

On a rendu le premier jet de scénario c’était quelque peu limite. Du fait du foisonnement de nos idées, je pense bien que nous serons du genre à être limite durant toute la phase de l’écriture.

11/11

On s’est mis au point sur les enjeux que représentait ce film pour nous et ça nous a permis de donner un vrai point de vue car tout était trop neutre pour le moment et on hésitait toujours sur la pertinence du message qu’on véhiculait. La forêt brûlée nous semble maintenant beaucoup trop compliquée et pas si essentielle. On décide de la remplacer par un lieu délabré qui a la même signification pour nous, image peut être moins marquante mais plus abordable.

21/11

Casting chez Gabin. On a trouvé pas mal de nos interprètes mais il y avait trop de gens et on a eu beaucoup moins de temps qu’on le pensait. Ca a quand même fini par « Ok, on réécrit tout le scénario ». Et oui le doute est constant dans notre équipe.

25/11

Petite présentation des films, le nôtre n’est pas si mal avançé que ça au final. Les professeurs continuent tout de même d’appuyer sur l’improbabilité que la SNCF accède à notre requête. Il faut voir la vérité en face mais c’est un coup car tout le film est encadré par ce train en marche.

02/12

Les tests de son et d’image ont ouverts des champs sur les possibilités innombrales dont nous disposont pour la forme. Le travail de l’image ne me parle pas trop, c’est bien que Elodie s’en occupe. Par contre j’ai hâte d’être au montage pour incorporer les musiques et jouer sur le son. On a changé la fin, celle-là nous paraît beaucoup plus parlante, sensée, elle accentue le côté universel qui nous était cher. 

16/12

Et voilà l’écriture est terminée. On était juste pour rendre le dossier, on avait des fichiers de tous les côtés comme à notre habitude. Bosser le découpage technique était long mais il m’a vraiment permis de m’imaginer tous les détails du film et de savoir ce que je voulais. Il m’a donné envie de tourner pour que ces plans ne soient pas seulement du papier et prennent vie. 

On est allé en repérage dans le train abandonné. Si la SNCF ne répond pas, nous pourrons toujours tourner nos séquences de départ ici que nous utilisons pour la scène de Rimbaud. Nous pouvons créer l’idée du mouvement, et puis ce film est fantastique, il se peut décalé.

Carnet de bord, écriture – Marine

1er jour...  Après avoir écrit ma chronique (cf A la foire) et écouté celles des autres, J’ai été placée comme voulu dans le film « Aller/Retour » contant l’histoire d’un jeune homme qui, pendant qu’il fait un voyage en train, se rend compte que la forêt qu’il aimait tant à l’aller est désormais brûlée au retour. Avec mon groupe, composé de Gabin, Agathe, Manon et Elodie, on a commencé à échanger sur nos idées. Croyez-moi ou pas, c’est impressionnant le nombre d’histoires différentes que chacun s’est imaginé à partir d’une trame commune. Il y a des tonnes d’idées intéressantes et, je crains que le plus dur ne soit des choisir ! Rien qu’à partir d’une phrase sur le personnage, certains voyaient un lycéen voyageant entre ses parents divorcés, d’autres un emo, d’autres encore un nomade complètement instable voyageant de villes en villes… Ca ne va pas être simple de s’accorder.

 

Du 1er jour au 4/11 : Je crois qu’on a imaginé toutes les possibilités. On tourne en rond, personne n’est d’accord avec personne. Le souci, c’est que l’on se concentre davantage sur la réalisation que sur l’écriture du scénario. Certes, un film se construit en échos mais là, penser forme avant de penser fond nous ralentit beaucoup.

 

4/11 : En arrivant en cours, on nous a demandé de rendre le scénario et la note d’intention d’Aller-Retour. On a pas suivis les échéances et on n’avait pas prévu qu’il fallait rendre tous ces documents ce jour. Du coup, on a pris du retard. Pendant les trois heures, on avancé sur le scénario. Pendant que les quatre autres membres du groupe discutaient et débattaient sur le moindre détail du scénario, j’ai avancé dans mon coin le synopsis et la note d’intention pour combler un peu notre retard. Je pense que si l’on avance aussi peu dans le scénario, c’est pour deux raisons : on ne cerne pas les enjeux de l’histoire que l’on souhaite raconter et on oublie toujours les propositions des autres au cours des semaines.

 

6/11 : Nous sommes tous allés chez Gabin pour continuer le scénario. On a été un peu plus efficace que mercredi. On a abouti à un scénario construit regroupant la majeure partie de nos intentions. Le scénario est pas mal, il tient la route même si l’on s’est énormément éloigné de notre idée de base.

Je pense que le groupe a beaucoup de potentialités. On a tous pleins d’idées et on est prêt à mener à bien ce projet. On est tous investi et ça fait du bien. J’ai hâte de voir la suite.

 

9/11 : J’ai continué le scénario avec les nouvelles idées de chacun mis sur une page Facebook, créée dès le début du projet par Agathe. Franchement, elle a eu une super idée car cette page nous permet de visualiser rapidement notre avancée et nos questionnements. C’est un très bon outil de travail. J’ai donc finalisé et rendu le dossier. On a tous bien travaillé même si l’on a toujours du retard.

On prévoit un casting très prochainement. On a conscience qu’il nous faut beaucoup d’acteurs. Et puis, je crois que l’on veut tous accélérer les choses pour passer au tournage.

 

Du 10 au 24/11 : Recherche d’acteurs et lieux de tournages. Je n’ai pas été très présente à ce moment là mais le groupe a fait du bon travail. On a trouvé presque tous nos acteurs. En revanche, je sens que ça va être difficile d’obtenir des autorisations à la SNCF…

 

25/11 : Aujourd’hui, c’était assez particulier. On a présenté notre projet au professeur de théorie Nicolas Thévenin. Il a pu porter un nouveau regard sur notre projet et soulever des enjeux que l’on ne percevait pas. On est tous tête baissée dans notre projet tant et si bien qu’on manque cruellement de regard extérieur pour nous faire avancer. Cette entrevue était donc très intéressante. C’est Elodie qui s’est vue confier la tâche de présenter le projet à la classe. Et là, catastrophe. J’ai remarqué que l’on était pas tous sur la même longueur d’onde y compris sur les grandes lignes du projet et en particulier la fin. Il faut absolument que l’on se mette d’accord sur le projet, d’autant plus que d’une semaine à l’autre, comme on travaille essentiellement à l’oral, on est pas du tout fixé sur ce pour quoi l’on avait opté la semaine précédente. On a du mal à avancer à cause de ça. Même si c’est très scolaire, il vaudrait peut-être mieux faire un compte-rendu de chaque cours pour savoir précisément où on en est.

Mr. Thévenin nous a tout de même aidé. Il a comparé notre personnage à l’Etranger de Camus même si j’ai toujours du mal à en percevoir la raison car Meursault ne ressemble pas tant à Paul. Il nous a proposé de travailler l’onomastique de notre personnage principal. Notre personnage s’appelle Paul, prénom intemporel et lambda qui est celui de l’acteur qui l’interprête. Pourtant, c’est vrai que le nom ou le prénom d’un personnage n’est pas anodin. C’est déjà une part importante de lui dans sa caractérisation. On doit réfléchir si l’on garde ce nom.

Notre professeur a également relevé un enjeu auquel on n’avait absolument pas prêté attention. Il nous a parlé de la thématique de la mémoire mais je trouve que cela s’éloigne de notre sujet. Notre ado vit son adolescence dans le présent, il ne la raconte pas rétrospectivement.

Autre problématique très intéressante, la question du huit-clos. Comment filmer l’espace ? Doit-on rester dans le train pendant tout le film ? Une liste de films à voir pour nous inspirer : The we and the I et La Lettre de Michel Gondry (pour le huit-clos), Snowpiercer (qui se déroule dans un train),  Eternal Sunshine of a Spotless Mind et Je t’aime, je t’aime d’Alain Resnais.

On est allé en cours de pratique ensuite et on a discuté de l’essentiel : le titre et la fin. On a eu une super idée pour la fin qui m’emballe vraiment ! Au sortir du train, Paul (ce prénom est toujours provisoire) fait tomber sa valise. Le spectateur aperçoit les vêtements des personnages qu’il a rencontré dans le train. De nombreux autres passagers court pour monter dans le train, comme si ce voyage de l’adolescence ne cessait d’exister. J’adore vraiment cette fin (et pas uniquement parce que je l’ai proposé). En revanche pour le titre, c’est la panique. On avait choisi Aller-Retour mais… Comment dire… Ce film n’est pas vraiment un « aller-retour » car on ne fait qu’une seule fois le voyage. Gabin avait proposé un jeu de mot avec wagon et vagabond qui donnait quelque chose comme « wagabon ». C’est mignon mais un peu capillo-tracté, surtout que notre personnage est loin d’être un vagabond.

Au milieu du cours, Elodie m’a fait remarqué que je ne m’investissais pas assez. Pas au sens où je ne travaillais pas assez mais plutôt dans celui où je n’étais pas assez… vivante pendant nos entrevues et où je ne donnais pas assez d’idées. Je vais essayer d’y remédier !

 

28/11 : Aujourd’hui, le groupe est allé faire des reprérages. Je n’ai hélas pas pu y aller avec eux. Je suis assez déçue… Du coup, je ne connais pas encore les lieux de tournage et c’est assez embêtant car les photos ne me permettent pas totalement de visualiser les lieux. C’est assez difficile d’avoir en tête des images, de se projetter sans connaître les lieux ! Je compte sur leurs descriptions et leur bon sens pour m’aider à me représenter les espaces !

 

01/12 : La semaine dernière, on nous a demandé de faire un ENORMISSIME DOSSIER DE PRODUCTION. De la rigolade par rapport à ce qui nous attend dans le « monde réel » mais, ça me paraît très long, difficile et dense. Il faut tous qu’on s’y mette au maximum ! Je sens que le projet prend vie, j’adore !

 

Du 2/12 au 14/12 : Je crois qu’il y a un problème avec la fin du film. Voila ce que l’on a imaginé pour l’instant : l’adolescent sort du train, face au paysage. Les personnages qu’il a rencontré sont à moitié nus autour de lui. Son alter ego arrive et lui jette sa valise dans la tête. La valise s’ouvre et l’on y découvre les vêtements des personnes qu’il a rencontré lors de son voyage. Un peu capillo-tracté vous dîtes ? Je suis d’accord. Il nous faut quelque chose de plus terre-à-terre, de moins abstrait. Certes notre film est absurde mais j’aimerais qu’on le débute et qu’on le finisse sur une séquence plus réaliste. Je trouve que la première et la dernière séquence d’un film sont primordiales et on ne doit pas les rater dans Aller-Retour.  

 

15/12 : On a fait notre dossier de production. Même si tout le monde ne s’y est pas mis à fond – je conçois que l’écriture ne soit pas le fort de chacun – , c’est fait. J’ai adoré travailler le découpage technique. Le film prenait vie pendant que je choisissais mes axes et mouvements de caméra. Sur les trois séquences dont je me suis occuppée, j’ai beaucoup aimé réfléchir sur les procédés de réalisation de chaque plan. Même si certains éléments peuvent paraître difficiles à mettre en place, je suis prête à relever le défi sur le tournage.

 

16/12 : On a rendu notre dossier de production et présenté notre projet à la classe. Par manque de préparation, on a été assez confus, c’est dommage. Par contre, les professeurs nous ont faits prendre conscience de la difficulté pratique de notre scénario. On est censé tourné dans un train en marche et ça ne va pas être simple. Je pense que l’on va essayer, tenter de relever le défi. Et, si l’on échoue, on trouvera d’autre solutions comme donner l’illusion du train en marche ou suggérer le train. Je sens que l’on va bientôt passer au tournage. J’ai hâte !

 

Carnet de bord, écriture – Elodie

Les débuts d’histoire laissaient tous à désirer. Je ne trouvais pas ce qui aurait laissé place à l’imagination, tout était beaucoup trop précis. Sauf le train, l’idée d’un ados qui part et traverse une forêt brûlée. Juste ça. Tout était possible et l’idée d’un départ, d’un lieu fermé ambulant se voyait facilement transformée en métaphore. Puis le groupe s’est constitué, on s’est rassemblé, on a essayé de parler. Personne n’exposait vraiment son point de vue. On cherchait à tâtons des bribes, des mots ou une histoire à caser sur cet ados décidant de prendre le train. C’était presque impossible, comment coller une vie sur un personnage dont on ne connaît rien? Il a fallu se l’approprier, on a chacun tenté de nous projeter, à travers lui. Un ados perdu, qui est contraint par ses parents, son lycée, ses amis à suivre une mouvance mais qui comprendra, après ce voyage, qui il est réellement.

Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑